JULIE KERN DONCK (1992°)

 

 

C’est dans le flux permanent d’internet que Julie Kern Donck puise la matière de son œuvre. Elle y glane des images qu’elle déplace et dérange pour remettre en question le sens et l’apparence qu’elles dégagent.  Son travail est le fruit d’un processus de mutation par diverses manipulations numériques qui déconstruit peu à peu les caractéristiques du document d’origine jusqu’à l’épuisement. La lecture de ces images finalement si accessible par le vecteur des ordinateurs finit par nous interroger et nous résister.

 

Le diptyque qu’elle nous propose est issu d’un projet d’installations vidéo et sculpturales. On y retrouve l’iconographie pop d’internet au travers d’un dauphin et d’une licorne qui évoluent en apesanteur dans un univers galactique.  Dans ces œuvres, elle interroge plus spécifiquement la relation établie entre les interfaces virtuelles et leurs projections dans le monde réel. Ces lieux de l’imaginaire sont de plus en plus présents dans nos quotidiens.

 

La pratique de cette artiste bruxelloise exprime les tensions inhérentes au désordre de l’iconographie contemporaine et explore la question de nos relations à celle-ci.

 

Gwenaelle de Spa

 

 

2016

« Pathfinder », Degree Show, Louise 186, Bruxelles, BE.

Friche Refresh, Art fair, Bruxelles, BE.

« Artagon », La Cambre 425, Bruxelles, BE.

 

2015

« Sketch My Mind », Galerie Fayla, Sablon, Bruxelles, BE.

« De Grace ! », Graduate group show, La Vallée, Bruxelles, BE.

« Instantanés », avec Camille Boisaubert, STOCQ72, Bruxelles, BE.

 

2014

Group Exhibition, Zedes Art Gallery,  Bruxelles, BE.

« The Secure Shells », STOCQ72, Bruxelles, BE.

 

Bachelor en Gravure et Image Imprimée, ENSAV La Cambre, Bruxelles, BE.

JULIE KERN DONCK
Si perçante soit la vue, on ne se voit jamais de dos (Diptyque)
Sérigraphie 4 couleurs
Signée et numérotée de la main de l’artiste
50 x 70 cm
2015